French companies doing business in the US: Recruiting American employees is more challenging than you think – Entreprises Françaises aux États-Unis : Recruter des employés américains peut s’avérer plus complexe que vous le pensez

||French companies doing business in the US: Recruiting American employees is more challenging than you think – Entreprises Françaises aux États-Unis : Recruter des employés américains peut s’avérer plus complexe que vous le pensez

French companies doing business in the US: Recruiting American employees is more challenging than you think – Entreprises Françaises aux États-Unis : Recruter des employés américains peut s’avérer plus complexe que vous le pensez

What do the numbers say?

France is doing well in the US, and the numbers are here to prove it!
With 700 firms operating in the Greater LA area and $2.5B of wages distributed every year, France is the 4th largest in California and the 5th largest in the US. (Source: WTC Los Angeles).

A Exodus of Entrepreneurs 

French entrepreneurs have been moving to the US in increasingly high numbers since the end of the last financial crisis.
In doing so, they have expanded their horizon. Los Angeles – a metropolitan that was long shunned by the French – has become one of the most attractive city for French expatriates.

By expanding their vision westward, French entrepreneurs are starting to run into chalenges they have never encountered before.

A massive cultural difference

One of the mistakes made by French expatriates upon moving to the US is to think that they are already accustomed to the culture. And who could blame them for doing so?

We all grew up under the influence of American soft power: Hollywood, Levi’s Jeans, McDonald’s, 90’s Alternative rock, r’n’b. American and French alike both grew up listening to the same music, wearing the same clothes, watching the same blockbuster movies and dreaming of achieving the same life-style.
American soft power is at the forefront of our globalized world. However, it has trumped the French into thinking they know Americans. They don’t.

On the surface, French and Americans are quite similar. Inside, they couldn’t be more different, and the more we travel towards the west, the larger the cultural gap!

It would take more than this article to relate the massive cultural differences between French and Americans (maybe another time), however I would like to describe two key differences and how they affect they way the French do business in the US.

1. American are taught how to sell themselves from a very young age, and are quite good at it. The French, not so much.

American children learn early on how to sell themselves and to think outside of the box. Compared to France, the US is a highly unregulated economy where the free market dictates many aspects of life. Only a shrewd salesperson can effectively navigate this economy. In essence, the American education system creates natural born salespeople who can quickly recognize an economic opportunity and will not shy away from putting themselves into the spotlight when it benefits their interest.

The anglo-saxon culture that prevails in the US has made Americans very much at ease with things related to money, the accumulation of capital and the acquisition of wealth.
Those concepts are not just accepted. They are rewarded.
The French landscape is quite different. French kids are taught to conform to an already established complex, rigid and highly regulated decade-old system.

Let’s use the example of Poetry. Poetry classes in French elementary school consist in learning by heart a poem written 200 years ago and delivering it in front of the class, exactly as it was written, without omitting or changing a single word. Poetry classes in the US consist in writing one’s own poem and selling it to the rest of the class.

In essence, the French education system is designed to generate administrators. The US education system is designed to generate innovators.

There is nothing wrong with either system. A healthy democracy needs both efficient administrators and talented innovators. However, France and the US tend to put a strong emphasis on the opposite category.

Culturally speaking, while the US has been dominated by Protestantism, France has a strong Catholic influence. Students in France learn that humility will prevail above all else. The acquisition of wealth isn’t considered virtuous. Money is still seen as taboo and can only be addressed with a certain level of restraint and certainly never up front.

  • The results: Americans who enter the workforce are very efficient at selling their ability to perform.
  • The challenge: They often tend to oversell themselves.

This situation can trick French employers into thinking they are hiring the perfect employee, only to be deceived a couple of months later. American employers are aware of this cultural aspect which they naturally incorporate into their recruiting models. French employers don’t.
Many French employers have been mistaken by candidates who oversell, then underperform.

There is nothing wrong with wanting to sell itself and trying to reach high. If one thing, Americans tend to show a surprisingly high level of ambition and will, which is healthy for both the economy of the country and the wellbeing of the social fabric.?
However, it is crucial for foreign employers to understand this trait and take it into considerations when hiring someone.

2. The labor market does not favor employers 

French employers tend to believe that US labor laws will favor them since they don’t restrict (with a few local exceptions) the rate at which they can hire and lay off employees. This may be true for entry-level positions, however, this causes challenges for mid to senior level jobs.
The result of the highly unregulated American labor market is a massive turnover. Employees move from one company to another at a much higher rate they do in France, a rate that keeps increasing with the ever changing world in which we live in.

There is nothing worse for an employer than to find the right candidate, only to realize that this person will leave within a few month. This is a nightmare scenario in which the employer has spent money and time but gains very little in return.
Finding a qualified employee is the first step of the recruiting process. The second step is to find an employee that will get involved with the company, espouse its project and sail through good and hard times.

Unfortunately, the balance is not tipped in favor of employers. With an unemployment rate at below 4%, there is simply more demand than there are offers. Qualified candidates are in a comfortable position in which they can ask for more while being assured that there will always be a position awaiting for them.
Overly opportunistic candidates will accept any position, ready to jump ship when a more interesting offer comes around.

In order to curtail this issue, it is important to find candidates who will espouse the mission of your company as well as its culture and values. In today’s world, offering a competitive salary and high bonuses is simply not enough. A higher bidder is waiting for you around the corner.

Conclusion

The American economy is bound with opportunities for any company willing to invest the right amount of time and money. However, recruiting American employees is challenging if you are not from here. Consult a professional recruiting firm used to working with international businesses. The French-American Chamber of Commerce in Los Angeles has an exceptional track record helping French companies recruit in the US. Our recruiters possess a perfect knowledge of both the US and France and will easily navigate the challenges that make the difference between the right and the wrong hiring decision.

——————————-

Que disent les chiffres ?

La France rencontre un franc succès aux US et les chiffres sont là pour le prouver !
Avec 700 entreprises dans la région de Los Angeles et 2. 5 milliards de dollars de salaire distribué chaque année, la France et le cinquième plus grand investisseur étranger aux États-Unis et le quatrième en Californie. (Source: WTC Los Angeles)

L’exode des Entrepreneurs

L’entreprenariat français s’exporte aux US en nombre sans cesse croissant depuis la fin de la dernière crise financière.
Ce faisant, les entrepreneurs ont élargi leurs horizons. Los Angeles, une région métropolitaine longtemps boudée par les français, est devenue l’une des villes les plus attractive pour les expatriés de l’Hexagone.
En élargissant leur champ de vision à l’ouest, les entrepreneurs français se retrouvent face à des challenges jusqu’ici inconnus.

Une Différence Culturelle Importante

Une des erreur souvent commise par les expatriés français avant leur arrivée aux US est d’assumer qu’ils sont déjà coutumiers de la culture locale. Et qui pourrait les blâmer ?

Nous avons tous grandi dans un environnement sous influence de la culture américaine : Hollywood, les jeans Levi’s, McDonald, le rock des années 90, le R’n’B… Les jeunes américains et les jeunes français ont grandi en écoutant la même musique, en portant les mêmes vêtements, regardant les mêmes films et rêvant d’un même mode de vie.
Le « soft-power » américain est au premier plan de notre société mondialisée. Cependant, il a laissé croire aux français qu’ils connaissaient les américains. Ce n’est pas le cas.

En surface seulement, les Français et les Américains sont assez similaires. Mais à y regarder de plus près, ils ne pourraient être plus différents. Et plus on s’approche de la côte Ouest du pays, plus la différence se fait sentir.

Il faudrait beaucoup plus que cet article pour lister les différences culturelles majeures entre les français et les américains (peut-être une autre fois), cependant j’aimerais m’attarder sur deux différences importantes et sur la façon dont elles affectent notre manière de faire des affaires aux États-Unis.

1. Depuis leur plus jeune âge on apprend aux enfants américains à se vendre, Ce qui n’est pas le cas avec les enfants français.

Les enfants américains apprennent très tôt à se vendre et à réfléchir hors des sentiers battus. Contrairement à la France, l’économie américaine est très peu réglementée, et les lois du libre marché dictent de nombreux aspects de la vie de tous les jours. Seul un vendeur avisé peut être performant dans ce type de marché. Par essence même, le système éducatif américain crée des vendeurs compétitifs, qui peuvent rapidement reconnaître une opportunité économique et qui n’auront pas peur de se mettre en valeur pour leurs intérêts personnels.

La culture anglo-saxonne qui prévaut aux US a fait des américains un peuple à l’aise avec les questions d’argent, l’accumulation de capitaux, et des richesses. Ces concepts ne sont pas seulement bien acceptés. Ils sont hautement reconnus.?
En France, l’état d’esprit est différent. On enseigne aux enfants à se conformer à un système déjà établi depuis plusieurs décennies, un système complexe, rigide, et hautement régulé.

Prenons l’exemple de la poésie. En France, à l’école primaire on demande aux enfants d’apprendre par cœur un poème écrit il y a 200 ans, et à le réciter face à la classe sans commettre une seule erreur ni changer un seul mot. Aux États-Unis, en classe de poésie, on écrit son propre poème et on apprend à le vendre à ses camarades.

Par essence même, le système éducatif français façonne des administrateurs. Le système éducatif américain façonne des innovateurs.
Il n’y a rien de mal avec l’un ou l’autre des deux systèmes. Une vraie démocratie a besoin à la fois d’administrateurs efficaces et d’innovateurs talentueux. Cependant, la France et les États-Unis ont tendance à mettre un accent important sur ces deux catégories opposées.

Culturellement parlant, alors que les États-Unis ont été dominés par le protestantisme, la France a reçu une forte influence catholique. Les étudiants français apprennent à faire prévaloir l’humilité. L’acquisition des richesses n’est pas considérée comme une vertu. L’argent est toujours un tabou et on ne peut en parler qu’avec retenue, et certainement pas de façon trop directe.

Résultats : Les américains qui arrivent sur le marché du travail sont très efficaces lorsqu’il s’agit de vendre leurs capacités et leurs performances.

Problème : Ils ont souvent tendance à trop se vendre.

Cette situation joue des tours aux employeurs français qui peuvent alors penser embaucher l’employé modèle, pour en fait être déçu quelques mois plus tard. Les employeurs américains, déjà conscients de cet aspect culturel, l’incorporent naturellement dans leur modèle de recrutement. Ce n’est pas le cas des Français.

Beaucoup d’employeurs français ont commis des erreurs avec des candidats qui savaient très bien se vendre, mais qui étaient ensuite très peu performants.
Il n’y a rien de mal avec le fait de vouloir se mettre en avant afin d’atteindre des objectifs élevés. Une chose est sûre, les Américains ont tendance à être particulièrement ambitieux, et cette attitude est à la fois saine pour l’économie du pays et pour le tissu social.
Cependant, il est crucial pour un employeur étranger de comprendre cet élément et de le prendre en considération lors du processus de recrutement.

2. Le marché du travail ne favorise pas les employeurs

Les employeurs français ont tendance à croire que le code du travail américain les favorisera puisqu’il ne restreint pas (sauf quelques exceptions locale) l’embauche ni le licenciement des employés. Cela peut être vrai pour des postes de premier échelon, cependant cela pose problème pour des postes à plus haute responsabilité.

Ce marché du travail américain très peu régulé, a pour résultat un roulement très important. Les employés passent d’une compagnie à l’autre à une cadence beaucoup plus importante qu’en France et cette cadence continue d’augmenter.
Il n’y a rien de pire pour un employeur que de trouver le bon candidat, et de réaliser que cette personne est sur le départ après quelques mois seulement. C’est un véritable cauchemar dans lequel l’employé a dépensé de l’argent et du temps, avec très peu de retour sur investissement.

Trouver des employés qualifiés et la toute première étape du processus de recrutement. La seconde étape est de trouver des employés qui s’impliqueront dans l’entreprise, épouseront le projet et feront face dans les bons comme les mauvais moments.

Malheureusement la balance ne penche pas en faveur des employeurs.?
Avec un taux de chômage en dessous des 4 %, il y a simplement plus de demandes que d’offres. Les candidats qualifiés sont dans une position confortable depuis laquelle ils peuvent aisément demander plus tout en étant assuré qu’il y aura toujours un poste pour eux.
Des candidats opportunistes accepteront n’importe quel poste, et seront prêts à changer d’employeur lors ce qu’une offre plus intéressante se présentera à eux.

Afin d’éviter ce problème, Il est important de trouver des candidats qui épouseront la mission de votre entreprise ainsi que sa culture et ses valeurs. Dans le monde actuel, offrir un salaire compétitif ainsi que des bonus importants n’est simplement pas assez. Une offre plus alléchante attend les candidats au coin de la rue.

Conclusion

L’économie américaine offre de nombreuses opportunités pour des compagnie prêtes à investir du temps et de l’argent. Cependant, recruter des employés américains est un véritable challenge pour des employeurs étrangers. Consulter des professionnels du recrutement, habitués à travailler avec des entreprises internationales est essentiel. La Chambre de Commerce Franco Américaine de Los Angeles offre de nombreuses aux années d’expérience dans l’aide au recrutement pour les entreprises françaises aux États-Unis. Nos recruteurs disposent d’une parfaite connaissance des États-Unis et de la France, ce qui leur permet de dépasser ses décalages qui font la différence entre un bon et un mauvais recrutement.

Samuel Loy

2019-03-12T14:33:33-08:00